Le conte est bon !

date de sortie: 3 July 2017

0 Comments | Categories: | Tags:

Bon, finalement je crois que je sors des CD rien que pour pouvoir écrire ceci : le track by track !

Il est un peu particulier, celui-ci, étalé sur plusieurs années. Des chansons « en version studio » jamais sorties à l’époque pour d’obscures raisons, et des versions « live à la radio » de ce que je continue à proposer épisodiquement lors de l’émission « C’est Presque Sérieux » sur La Première. Adorateur fou des vinyles, prenez ceci comme un disque avec deux faces.

  1. « Le Journal des Bonnes Nouvelles » : écrite pendant des vacances ensoleillées, ma petite femme voulait que je sorte un peu de mes chansons pessimistes et tristounes, donc j’ai justement pris le contrepoint. Et du coup j’ai enfin trouvé la chanson avec laquelle j’ouvre depuis presque tous mes concerts.
  2. « Stop » : j’ai commencé à faire une liste de « tout ce qui m’agace », et, sans aucune progression du plus futile au plus grave, ça a donné ceci. On s’est bien amusé à l’arranger très « musclée pour rire », avec plein de voix, de trucs en plus, avec Mathieu Clobert, mon Rick Rubin à moi.
  3. « Je n’ose même plus regarder l’heure » : Pierre Simon, un pote chanteur, m’a un jour proposé d’écrire des paroles à quatre mains sur une sorte de récit de vie, de bébé à vieillard, et on s’est régalé. La toute fin des paroles, ma partie préférée à deux voix, a été vraiment troussée en dernière minute sur un coin de nappe ! La splendide mélodie et les arrangements sont de lui.
  4. « Roulette Russe » : chanson à l’origine de « commande » pour accompagner le livre « A l’Ombre des Regrets » de Yves Lefevre, pompier qui y écrivait sa dure expérience du métier et du drame de perdre quelqu’un sur la route. Spéciale dédicace à mon oncle adoré qui a perdu son fiston dans ces circonstances épouvantables.
  5. « J’Irais Bien » : comme souvent, on s’amusait à délirer sur des jeux de mots débiles sur base des noms de ville, à plusieurs, un peu pour rendre hommage à l’immense Jean-Luc Fonck, et on s’est pris au jeu. Faut rigoler !
  6. « Trou à Rats » : écrite suite à la grande phrase du Blaireau devenu depuis le président pussygrabber que l’on sait, j’adore la version « Oasis tambourins » qu’on en a fait avec Mathieu.
  7. « La Larme à l’EI » : écrite à l’époque des attentats qui se succédaient, je l’avais un peu mise de côté, or j’adore la mélodie de piano, et les arrangements tout subtils qu’a troussé qui vous savez.
  8. « Le Conte est Bon » : je voulais sortir du « tout sur l’actu » des chansons que j’écris pour l’émission, et je voulais jouer un peu avec les références Disney. J’adore certaines phrases, et les dessins animés laissés de côté (Pocahontas etc) ce sont ceux qui ne m’ont jamais trop parlé…
  9. « Abécédaire » : j’ai toujours adoré les textes fleuve de, notamment, Daniel Hélin, un de mes parrains de scène. J’espère qu’il aimera celle-ci s’il l’écoute un jour, parce que j’ai beaucoup pensé à lui en l’écrivant.
  10. « Ode à une chouette ville » : Manchester fait partie des rares villes, moi qui ne suis vraiment pas un baroudeur, où j’ai passé des moments magiques. Ce que ces tarés y ont fait m’a directement plongé dans les heures noires post Charlie, Bataclan, Bruxelles, Nice etc, et le texte est venu tout seul.
  11. « Toots mes condoléances » : évidemment il fallait rendre hommage à un de nos Belges les plus connus dans le monde, en étant par ailleurs d’une modestie qui ferait du bien à certaines de nos starlettes locales. Comme je le dis dans la chanson, « Je mentirais si je disais que je n’écoute que lui », mais comme ça, j’ai pu comprendre à quel point c’est pas facile l’harmonica, et rendre hommage aussi à Dylan que je vénère.
  12. « Brexit » : il fallait que j’écrive un truc là-dessus, mais je ne voulais pas écrire n’importe quoi au niveau économique, géopolitique etc, mes collègues chroniqueurs s’en chargeraient beaucoup mieux que moi. Donc j’ai listé tous les Anglais que j’adore, ou presque, et j’en ai fait ça.
  13. « Les bêtises » : c’est gai de s’attaquer à des parodies de ce genre de chanson ultra-culte, et quelque chose me dit que le fond du texte ne sera pas trop vite daté.
  14. « Caméra gâchée » : ici par contre, le texte accuse déjà son âge (les graffitis polémiques sur Bxl, Tatayet etc) mais je suis assez dingue de la mélodie, ce qui arrive excessivement rarement.
  15. « En quarantaine » : la version originale de cette chanson qui est sans doute ma préférée, était super arrangée, produite (par Etienne Henrar sur « J’Aimerais Trop », pleine de références années 80. Cette version-ci plus dépouillée est telle que je la joue en concert, et j’aimais trop l’idée de la mettre sur un cd.
  16. (bon on spoile qu’il y a un morceau caché ?) – chanson « de commande » pour les Remor’cœurs, mais je n’ai pas dû trop me forcer pour toucher à ce morceau splendide et pour défendre cette très belle cause.

Leave a Reply

Your email is never published nor shared Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*